Culture patrimoine
Article

Les 5 raisons de préserver le patrimoine

12 min
Les 5 raisons de préserver le patrimoine
Nombre de visites :
1657
 

Trop souvent perçu comme une charge, il est parfois oublié que le patrimoine est une chance, qui offre de multiples opportunités.


Opportunité de transmettre une culture et une identité d’abord, opportunité de créer de l’activité et de l’emploi ensuite, ou encore opportunité de protéger notre planète et ses écosystèmes... Mais, soumis à l’usure du temps ainsi qu’à des risques divers comme le vandalisme ou le feu, le patrimoine requiert toute notre attention pour en préserver la valeur. Le risque de le voir disparaître est réel. Il est de notre devoir collectif d’œuvrer à la l’entretien, à la restauration et à la valorisation de ce patrimoine. 

Raison #1 : LE PATRIMOINE CONTRIBUE À LA TRANSMISSION DE NOTRE CULTURE ET DE NOTRE HISTOIRE

Notre patrimoine est constitué d’une grande variété de biens (châteaux, églises mais également tableaux et tourbières remarquables par exemple), d’époques très diverses (de la grotte de Lascaux aux usines du XXème siècle), et que l’on retrouve à de multiples endroits sur notre territoire. Il est ainsi le reflet des plus belles pages comme des tragédies de notre histoire mais aussi de notre culture et de notre identité. Chaque bien patrimonial est un témoin vivant de ces réalités, témoin de la petite histoire locale, de la grande Histoire de notre pays, voire de l’Histoire européenne ou mondiale. Le patrimoine a ainsi un rôle éducatif, et peut aider à la transmission aux plus jeunes notamment.  

EXEMPLE 

Le château de Montreuil Bonnin est un site exceptionnel du Poitou. Il est un témoin de l’architecture militaire du début du XIIIe siècle et s’est trouvé au cœur de conflits, comme la guerre de Cent ans, durant laquelle il a changé plusieurs fois de mains. Après la réalisation de travaux de restauration, ce site pourra de nouveau être accessible au public et sa valorisation permettra de transmettre toute la richesse de son histoire.  

Notre-Dame est l'arbre qui cache la forêt : de nombreuses églises, abbayes, basiliques, cathédrales de banlieue ou de province, et d'autres bâtiments publics ou privés, religieux ou pas, connaissent les mêmes périls que Notre-Dame avant son incendie."

Guillaume Poitrinal, Président de la Fondation du patrimoine (1) 

> Lire l’intégralité de la tribune 

Du fait de sa gestion décentralisée, et de sa présence au plus près des citoyens, le patrimoine est ainsi un levier clé à intégrer par chaque commune dans sa politique culturelle, pour en révéler toute la puissance.  

Protéger le patrimoine, c’est ainsi contribuer à la transmission de notre héritage, de génération en génération, et contribuer à la mémoire collective.

 

Notre parti pris, c'est la transmission. Il y a deux mots dans la notion de transmission, finalement. Il y a la transmission aujourd'hui, avec les participants aux chantiers. On va leur transmettre des savoir-faire et des compétences. Mais il y a aussi la transmission aux générations futures. Nous sommes aujourd'hui les dépositaires d'un élément du patrimoine dont on a hérité et qu'on a pour ambition de transmettre. Ce qui est formidable, c'est d'avoir le sentiment qu'on a, devant nous, un mur construit au XIIIe siècle et que nous, petits citoyens du XXIe siècle, posons notre pierre dans ce mur pour que d'autres ensuite la voient dans 10 ou 15 ans. 
Olivier Lenoir, délégué général de l'Union Rempart (2) 

Notre patrimoine est par ailleurs éminemment diversifié et les biens qui le composent sont tous uniques. Ils sont attachés à un lieu précis et reflètent l’histoire, les caractéristiques, les techniques et les savoir-faire de ce lieu. Les biens patrimoniaux sont de ce fait constitutifs de l’identité du territoire qui les abrite et de ses habitants. Pensez aux phares qui bordent les côtes bretonnes ; ils sont des éléments centraux dans le sentiment collectif breton. Protéger le patrimoine, c’est donc contribuer à défendre les spécificités d’un territoire

 

Raison #2 : Le patrimoine créé des occasions des partages et rassemble les citoyens

Le patrimoine est souvent le lieu et l’occasion de rencontres, de partages. Les Journées européennes du patrimoine, mais aussi les évènements initiés dans différents lieux patrimoniaux tout au long de l’année, sont l’occasion de réunir des gens de tous horizons, de toutes générations dans une ambiance conviviale. Chacun peut ainsi se réapproprier le patrimoine. Protéger le patrimoine, c’est contribuer à développer des liens entre les citoyens, participer au bon vivre ensemble. Une collectivité, porteuse d’un projet patrimonial, peut ainsi penser de tous nouveaux usages pour un site, en adéquation avec les besoins de la population, et proposer ainsi une nouvelle vie au patrimoine de proximité.  

Patrimoine bâti ou naturel, la ville de Vic-sur-Seille (Lorraine) place les éléments forts de sa culture et de son identité au cœur de sa vie locale. Partons à la découverte de cette commune et de ses rendez-vous conviviaux grâce à l’association Petite Cité de Caractère.  

 

Raison #3 : Le patrimoine est un formidable levier de développement et d’attractivité 

La sensibilité et l’attachement au patrimoine sont aujourd’hui des réalités en France. Alors même que les monuments historiques ne constituent qu’une partie de notre patrimoine, 34 % des Français déclaraient en 2018 avoir visité un monument historique lors de l’année précédente(3).  Un chiffre qui peut s’expliquer par l’image positive associée au patrimoine ; celui-ci il joue un rôle prépondérant dans l’attractivité des communes et des territoires.  

> Les Français et le patrimoine culturel 

Cette attractivité est de 2 ordres. Une attractivité résidentielle tout d’abord. Qu’il soit bâti (châteaux, églises …) ou non (parcs, forêts…), le patrimoine est un élément essentiel dans les choix de lieu de vie. En effet, le patrimoine est souvent synonyme d’espaces verts, de lieux historiques ouverts à la visite ou d’une offre culturelle riche ; il contribue ainsi à rendre le cadre de vie plus agréable.  

Par ailleurs, l’activité économique que génèrent certains biens patrimoniaux favorise l’ouverture ou le maintien de commerces et de services sur le territoire, eux aussi essentiels dans les choix de lieux de vie, et propices au développement économique. Ainsi, protéger le patrimoine, c’est contribuer à dynamiser son territoire et à attirer de nouveaux habitants

Une attractivité touristique ensuite. Selon une enquête Eurobarometer réalisée en 2009(4), l’offre culturelle et patrimoniale est un facteur important dans le choix d’une destination touristique pour un européen sur quatre. Des labels comme celui des « Petites cités de caractère » ou des « Plus beaux villages de France » sont les garants de la richesse patrimoniale d’un territoire et sont des vrais dynamiseurs du tourisme pour les communes ainsi labélisées. Là encore, un tel dynamisme touristique génère des retombées économiques plus larges allant de l’ouverture d’un restaurant ou d’une boutique de souvenirs à une redynamisation totale du centre-ville. Des activités de loisirs et de découvertes (visites patrimoniale, dégustations, promenades...) peuvent également être mises en place autour du patrimoine. Protéger le patrimoine, c’est donc contribuer au développement touristique de son territoire.  

 

Bon à savoir : le patrimoine, priorité du plan de relance  

Preuve de l’importance et de la place centrale du patrimoine dans le développement et l’attractivité de nos territoires, le plan de relance mis en place en 2021 pour lutter contre les effets de la crise de la Covid-19 fait la part belle au patrimoine. En effet, plus de 600 millions d’euros vont être mobilisés par l’Etat pour valoriser les savoir-faire d’excellence liés à la restauration patrimoniale et pour soutenir la reprise d’activité des établissements patrimoniaux. (5) 

 

Raison #4 : Le patrimoine préserve et créé des emplois

La mise en avant du patrimoine par un territoire peut permettre le maintien et/ou la création d’emplois de manière indirecte. En effet, en contribuant à leur attractivité résidentielle et touristique, le patrimoine permet aux communes de créer des emplois via le développement du secteur touristique bien sûr mais aussi grâce à la réouverture de commerces, en centre-ville par exemple. Concrètement, la Fondation du patrimoine génère 21 € de retombées économiques pour chaque euro apporté à un projet de restauration patrimoniale (6). 

Protéger le patrimoine, c’est ainsi contribuer à la création indirecte d’emplois, tout particulièrement dans les secteurs touristiques. EXEMPLE :  DU côté de la Martinique, avec le voilier de Toumelin 

Exemple : du côté de la Martinique, avec le voilier de Toumelin

Emblématique de la grand-voile de tradition, Le Toumelin est inscrit au titre des monuments historiques, et s’inscrit dans l’« économie bleue » de l’île. Il sera géré par l’association Martinique Voile d’Antan, agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale et constituera un outil de promotion de l’île, ses entreprises et ses produits, lors de grandes manifestations nautiques caribéennes et métropolitaines (Antigua, Saint-Barthélemy, Brest, Rouen, etc.). Après plus de 30 années d’exploitation et 45 ans en eau de mer pour la coque, la rénovation complète du navire s’imposait. La Fondation du patrimoine lui a attribué une dotation “impact économique” de 150 000 €.